Par Françoise Spiess

 

En 2009 la mairie de Gentilly sollicite Françoise Spiess, artiste peintre, afin d’organiser avec d’autres artistes de la ville, comme Daniel Lacomme, puis Liliane Camier, une biennale d’art contemporain sur la ville., comme cela avait existé dans le passé. L’événement porte d’abord le nom de « Parcours d’artistes » et a lieu dans la salle des fêtes de la Mairie de Gentilly. Il est ouvert aux Artistes gentilléens. Constatant rapidement, d’une part que cette exposition faisait un peu double emploi avec Zig Zag qui chaque année permet l’ouverture des ateliers des artistes de la ville au public, et que d’autre part la salle de la Mairie ne permettait pas d’organiser une exposition de grande ampleur, les artistes sollicitent de la ville un autre lieu : ce sera le Collège désaffecté Pierre Curie. Ce lieu singulier, avec ses grands espaces désertés par les élèves, ses anciennes salles de classe, sa cour profondément poétique dans son abandon, rencontre tous les suffrages de la nouvelle équipe organisatrice : outre Françoise Spiess, Dominique Martigne, Olivier Kotor, Brune d’Esna, Etienne de Barry, Liliane Camier.

Très vite il apparait que les artistes exposants doivent être recrutés non seulement à Gentilly mais dans ses environs immédiats, et sélectionnés par un jury indépendant du groupe organisateur et de la ville de Gentilly, composé d’artistes reconnus et de personnalités du monde des arts, renouvelé en partie chaque année. L’événement change alors de nom et devient : La Biennale de Gentilly. Elle ouvre ses portes en 2015. Devant le succès, la municipalité accepte d’élargir encore le recrutement des artistes et d’ouvrir davantage de salles du collège. L’équipe organisatrice évolue. Si Liliane Camier, et Brune D’Esna partent pour se consacrer davantage à leurs travaux personnels, Magda Moraczewska rejoint l’équipe. 

Pour asseoir davantage l’événement dans le paysage national, une association, Artybi,  se crée en 2017 avec le collectif d’artistes alors organisateurs de la Biennale afin, de non seulement porter l’organisation de la Biennale, mais aussi d’intégrer de nouveaux adhérents, artiste ou non, et de développer des activités tournées vers la création de liens entre artistes et citoyens. En 2019 la Biennale devient internationale puisque des artistes d’autres continents sont sélectionnés aux côtés d’artistes français dont certains sont gentilléens. Une nouvelle équipe prend la tête de Artybi, en 2020. 

Version correcte de l'histoire

Un peu d’histoire

2009 Parcours d’artistes

Gentilly à été une ville toujours très active au niveau culturel, ce sont même, il y a 30 ans, les artistes de cette ville qui ont créé Zig Zag, les premières portes ouvertes d’atelier d’artistes en France. Une initiative qui s’est largement répandue dans toutes les villes.

En 2009 la mairie de Gentilly sollicite Françoise Spiess, artiste peintre, en vue d’organiser avec d’autres artistes de la ville une exposition collective qui aura lieu tous les deux ans comme cela avait déjà existé dans le passé. L’exposition portera le nom de Parcours d’artistes. Ce sont les prémices d’une biennale ouverte aux artistes gentilléens qui aura lieu dans la salle des fêtes de la Mairie de Gentilly. La manifestation est menée par Françoise Spiess et d’autres artistes solidement implantés dans le monde culturel comme Daniel Lacomme puis Liliane Camier.

2014 le tournant

Constatant rapidement, d’une part que cette exposition faisait un peu double emploi avec Zig Zag et d’autre part que la salle de la Mairie ne permettait pas d’organiser une exposition de grande ampleur, la ville sollicite Dominique Martigne pour sonder les désirs des artistes quant à l’organisation d’une nouvelle manifestation. Se dégage alors un groupe prêt à envisager une exposition de plus grande ampleur et ils sollicitent de la ville un autre lieu plus emblématique. Ce sera le Collège désaffecté Pierre Curie. Ce lieu singulier, avec ses grands espaces désertés par les élèves, ses anciennes salles de classe, sa cour profondément poétique dans son abandon, rencontre tous les suffrages de la nouvelle équipe organisatrice : Françoise Spiess, Dominique Martigne, Liliane Camier, Olivier Kotor, Brune d’Esna, Etienne de Bary.

2015 la première Biennale de Gentilly

Très vite il apparait que les artistes exposants ne doivent pas venir uniquement de Gentilly, et doivent être sélectionnés par un jury indépendant du groupe organisateur et de la ville de Gentilly. Ainsi le jury est composé d’artistes reconnus et de personnalités du monde des arts, renouvelé en partie chaque année. L’événement change alors de nom et devient : La Biennale de Gentilly. Elle ouvre ses portes en 2015. Devant le succès, la municipalité accepte d’élargir encore le recrutement des artistes et d’ouvrir davantage de salles du collège. L’équipe organisatrice évolue. Si Liliane Camier, et Brune D’Esna partent pour se consacrer davantage à leurs travaux personnels, Magda Moraczewska, sélectionnée lors de la première Biennale, rejoint l’équipe. 

2017 naissance d’ARTyBi

Pour asseoir davantage l’événement dans le paysage national, l’association, Artybi  se crée en 2017 avec le collectif d’artistes alors organisateurs de la Biennale afin, de non seulement porter l’organisation de la manifestation, mais aussi d’intégrer de nouveaux adhérents, artistes ou non, et de développer des activités tournées vers la création de liens entre artistes et citoyens. En 2019 la Biennale devient internationale puisque des artistes d’autres continents sont sélectionnés aux côtés d’artistes français dont certains sont gentilléens.
Afin d’élargir les activités de l’association et de donner plus de soutien au groupe organisateur de la Biennale une nouvelle équipe prend la tête de Artybi, en 2020.